• +33 (0) 6 76 04 75 17

Les fondements scientifiques de la médiation par la nature

L’hortithérapie, une approche à but « thérapeutique »

L’hortithérapie est une thérapie basée sur l’utilisation des plantes et du jardinage comme support pédagogique pour lutter contre le stress, les effets du vieillissement, et comme outil favorisant l’autonomie, la responsabilisation et le bien-être.

Etats-Unis Benjamin Rush, remarque dès le 19e siècle les effets positifs du travail au jardin pour les « aliénés » et l’hortithérapie s’enseigne à l’université à partir des années 1950.

4 champs de recherche

La psychologie de l’environnement

« Cette discipline  s’intéresse à la façon dont l’environnement physique immédiat d’un individu peut affecter son fonctionnement psychologique, son bien-être physique et mental ainsi que son comportement ». Nicolas Guéguen ( chercheur et professeur en sciences du comportement à l’université de Vannes, auteur de l’ouvrage : Pourquoi la nature nous fait du bien. Dunod)

L’écopsychologie

« La naissance (ou l’émergence) de l’écopsychologie est le résultat d’un croisement entre la philosophie environnementale, la psychologie et l’écologie. Les principaux acteurs de cette mouvance étudient, notamment, l’effet de la nature sur l’équilibre psychologique des êtres humains, en suggérant l’existence d’une synergie (ou interdépendance) entre le bien-être du vivant et le bien-être planétaire, et vice-versa». (Association «Nature humaine»)

L’écothérapie

«L’écothérapie est une forme de développement personnel ainsi que de soins psychologiques, dont la spécificité est de se pratiquer dans l’interaction avec la nature. Elle est quelquefois appelée «Thérapie verte». Elle inclut différentes méthodes de «restauration de la santé mentale» avec les pratiques de reconnexion avec la nature». (Association «Nature humaine»)

La sylvothèrapie

Il s’agit de la discipline qui s’appuie sur les bienfaits des arbres. La sylvothérapie, ou cure sylvatique, pratique ancestrale, est étymologiquement le fait de soigner grâce aux effets induits par la forêt sur l’Humain.
Elle vient du Japon où elle est nommée «shinrin yoku» (bain de forêt). Depuis 1982, elle est reconnue en tant que médecine préventive dans ce pays. Le Docteur Qing Li, qui vient de publier «Shinrin Yoku, l’art et la science du bain de forêt», y fait état de ses recherches scientifiques, effectuées entre 2004 et 2012.